Le Cochon

Autrefois chaque famille élevait son cochon.
Avec la basse-cours , il était le principal apport carné et lipidique et
comme « tout est bon dans le cochon »,
seul les yeux ne servaient pas, ses os à la fabrication de colles, ses
soies fournissaient pinceaux et brosses.
On tuait le cochon traditionnellement 2 fois dans l’année au printemps
et à l’automne (lorsque la température évitait la corruption de la viande)
c’était l’occasion de réjouissance et de partage entre amis et voisins.
Régulièrement cela permettait d’avoir de la viande sur la table.

Le Jambon de campagne
L’andouille
Le boudin de la ferme
Les rillettes
Le pâté en croute
Pâté de campagne en conserve (selon Pierre)
La Fressure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *